Cette étude préliminaire a donc permis d’apporter un argument de plus quant à l’intérêt de la mesure de l’IPSC à l’aide d’un tensiomètre automatique basé sur la méthode oscillométrique, dans le dépistage de l’AOMI.

La valeur prédictive positive ainsi calculée varie de 0,72 à 0,96 selon que l’on considérait les perdus de vue comme négatifs ou positifs à l’écho doppler. Les principaux facteurs de risque retrouvés étaient le tabagisme et l’existence d’antécédents cardiovasculaires ; l’abolition des pouls n’était constatée que chez un sujet pathologique sur deux. Quant à la fibrillation auriculaire, elle était souvent associée à une IPSC non chiffrable.

Ces résultats nécessitent d’être confirmés par une étude comportant des effectifs plus grands et par la réalisation systématique d’une échographie doppler des membres inférieurs à tous les sujets quelque soit la valeur de l’IPSC.

 

Laisser un commentaire

 

Your email address will not be published.