Les médicaments veino-actifs, leurs indications spécifiques dans la maladie veineuse chronique

Albert-Adrien Ramelet, Clinique universitaire de dermatologie, Hôpital de l’Ile, Berne (Suisse) – aar@ramelet-dr.ch

Définition

Les médicaments veino-actifs (MVA) constituent un groupe hétérogène de médicaments, d’origine végétale ou de synthèse, qui a des effets sur l’œdème et les symptômes liés à la maladie veineuse chronique (MVC).

Classification et posologie des principaux médicaments veino-actifs (1)

Groupe

Substance

Origine

Posologie

(mg/j)

- Alpha-

benzopyrones

- Gamma-

benzopyrones (flavonoïdes)

Coumarine Mélilot (Melilotus officinalis L.)

Aspérule odorante

Asperula odorata L.

90 mg/j associé à

540 mg/j troxérutine

Diosmine Citrus spp.

Sophora japonica L.

300 – 600

Fraction flavonoïde purifiée micronisée (FFPM) Citrus spp.

Sophora japonica L.

1000

Rutine et rutosides

Oxérutine,

Troxérutine (HR)

Sophora japonica L.

Eucalyptus spp.

Fagopyrum esculentum Moench

2 x 500 à

2 x 1000

Proanthocyanidines Extraits de pépins de raisin et de la feuille de la vigne rouge

Vitis Vinifera

100-360

Pin maritime

Pinus maritimus Lank

Pycnogenol

3 x 100-120

Saponines

Escine Marron d’Inde

Aesculus hippocastanum L.

3 x 40

puis 3 x 20

Extraits de Ruscus Ruscus (petit houx)

Ruscus aculeatus L.

2-3 x 1 cp

Autres extraits végétaux

Ginkgo biloba Ginkgo biloba L.

2 /j (+ heptaminol et troxérutine)

Produits

de synthèse

Dobésilate de calcium Synthèse

2 – 3 x 500

Benzarone Synthèse

2-3 x 200

Naftazone Synthèse

1 x 30

Mode d’action

Même si les MVA appartiennent à des familles différentes, leur mode d’action a de nombreux points communs, avec certaines différences entre les différentes préparations disponibles:

- effet anti-oedémateux : diminution de la perméabilité capillaire, amélioration du drainage lymphatique, réduction de l’œdème orthostatique,

- augmentation du tonus veineux,

- inhibition de l’adhésion des leucocytes à la paroi veineuse et valvulaire, inhibition de la libération des médiateurs de l’inflammation, des molécules d’adhésion leucocytaires et de la synthèse des prostaglandines,

- effet anti-agrégeant, diminution de la viscosité sanguine et de la déformation érythrocytaire.

Leur effet spécifique sur la douleur veineuse, que l’on n’obtient pas avec les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), n’est pas expliqué, mais caractérise ce groupe de médicaments et justifie également son engagement lors d’une MVC symptomatique (1).

L’inflammation paraît au cœur de la physiopathologie de la MVC. La fraction flavonoïde purifiée micronisée a été particulièrement étudiée dans ce phénomène et son efficacité démontrée (2).

Indications spécifiques

- œdème et symptômes subjectifs liés aux varices ou attribués à la MVC (lourdeurs de jambe, « pesanteur », « gêne », prurit, douleurs le long des trajets variqueux) ou peu spécifiques qui lui sont souvent associés (paresthésies, crampes nocturnes, impatiences ou « restless legs syndrom »), de la classe C0s à la classe C6s,

- symptômes subjectifs du dernier trimestre de la grossesse,

- syndrome prémenstruel,

- prophylaxie de l’œdème consécutif aux vols longs courriers,

- traitement adjuvant de l’ulcère de jambe (effet démontré pour la fraction flavonoïde micronisée purifiée (FFPM) seulement),

- pour les préparations topiques : traitement de la thrombophlébite superficielle et des hématomes, traitement symptomatique adjuvant de la MVC.

A relever que les MVA accentuent l’effet de la compression sur les symptômes dits veineux. Ils peuvent aussi – au moins partiellement – la remplacer lorsqu’elle est contre-indiquée (insuffisance artérielle, neuropathies) ou non tolérée (réactions individuelles, chaleur estivale).

Autres indications

- crises hémorroïdaires

- rétinopathie diabétique.

Conclusions

Plus de 70 études randomisées contrôlées et méta-analyses confirment l’efficacité des MVA, efficacité qui a également été établie par des conférences de consensus (3,4)

Quelques repères bibliographiques

1) Ramelet AA, Perrin M, Kern P, Bounameaux H. Phlébologie. 5ème édition. Paris, Masson, 2006

2) Bergan JJ, Schmid-Schönbein GW, Smith PD, Nicolaides AN, Boisseau MR, Eklof B. Chronic venous disease. N Engl J Med. 2006 Aug 3;355(5):488-98

3) Ramelet AA, Boisseau MR, Allegra C, Nicolaides A, Jaeger K, Carpentier P, Cappelli R, Forconi S. Veno-active drugs in the management of chronic venous disease. An international consensus statement: Current medical position, prospective views and final resolution. Clin Hemorheol Microcirc. 2005;33:309-19.

4) Nicolaides AN, Allegra C, Bergan J, Bradbury A, Cairols M, Carpentier P, Comerota A, Delis C, Eklof B, Fassiadis N, Georgiou N, Geroulakos G, Hoffmann U, Jantet G, Jawien A, Kakkos S, Kalodiki E, Labropoulos N, Neglen P, Pappas P, Partsch H, Perrin M, Rabe E, Ramelet AA, Vayssairat M, Ioannidou E, Taft A. Management of Chronic Venous Disorders of the Lower Limbs. Guidelines According to Scientific Evidence. Int Angiol. 2008 Feb;27(1):1-59.

 

Laisser un commentaire

 

Your email address will not be published.